Histoire
La famille d'Espinchal
Actualités
Météo
1ère Fête de la chasse
Services
Camping
Poème de Max
Photos


Altitude : 1 075 m. Superficie : 886 hectares. Population : 1821 : 413 hab., 1882 : 482 hab., 1901 : 446 hab., 1975 : 275 hab., 1982 : 192 hab. Origine du nom : Espinchal (Espinchalin, en 1157) vient de spina (épine) plus calm (chaume).

 

Limitrophe du Cantal la commune de faible superficie s’étend sur le versant nord du Cézallier ; tout le sol est en herbage (les forêts n’ont qu’une surface infime) et l’élevage des bovins est l’activité essentielle. Longtemps les habitants ont pratiqué l’émigration temporaire, notamment dans la région parisienne.

Il y avait autrefois un château, aujourd’hui ruiné, possédé par la famille du même nom. Connue depuis le XIIIe siècle elle figure parmi les plus célèbres d’Auvergne. Guillaume d’Espinchal vivait en 1341-1357. Ses descendants allèrent s’installer à Massiac (Cantal) où ils trouvèrent des conditions de vie plus clémentes. Cependant Espinchal resta dans cette famille jusqu’au début du XVIIIe siècle. En 1713 Gasparde d’Espinchal, mariée à Jean de Fontanges, marquis d’Auberoques, vendit pour 35 000 livres la seigneurie (et plusieurs « montagnes » possédées en propre) à Mathieu Rodde de Chalaniat, secrétaire du roi. Sa famille en restait propriétaire en 1789.

On ne saurait parler de la famille d’Espinchal sans citer Gaspard, marquis d’Espinchal, auteur de divers homicides au milieu du XVIIe siècle, personnage redouté par ses contemporains, qui fut condamné à mort par contumace par les Grands Jours en 1665. Seize ans plus tard il obtiendra cependant des lettres de rémission de Louis XIV en considération des nombreux services rendus par divers membres de sa famille.

L’église, autrefois succursale de la paroisse de Compains, était dédiée à Saint-Nicolas ; avant 1789 la cure était à la nomination de l’évêque. Le bâtiment assez ancien fut très remanié au milieu du XVIIIe siècle, date à laquelle on dut refaire les voûtes. Lors de sa visite en avril 1782 l’évêque notait que « la nef est presque baignée d’eau », que tout est « dégradé et humide », que le cimetière n’a pas de grilles aux portes. Les seuls revenus, mal payés et mal utilisés, consistaient en quelques reinages (les reinages étaient une coutume très fréquente dans la région, c’était une fête mi-religieuse mi-profane au cours de laquelle on vendait aux enchères des dignités temporaires de roi, de reine, etc, l’argent recueilli servait à entretenir l’église). Il y avait quatre-cent-trente communiants,  ce qui paraît beaucoup, pas d’école, pas de sage-femme.

L’histoire d’Espinchal n’est pas riche en faits marquants. On peut signaler que la commune, dans un pays où la résistance au service militaire fut très vive sous la Révolution et l’Empire, avait en 1796 vingt-deux hommes aux armées (plus quatre considérés comme morts), soit le nombre anormalement élevé de 7,5% de la population.

Longtemps très isolé Espinchal commence à être touché par le tourisme, celui d’été, mais aussi celui d’hivers, ses vastes étendues sans arbres se prêtant au ski de fond.

 

© 1988, HISTOIRE DES COMMUNES DU PUY-DE-DOME écrit sous la direction d'A.-G. MANRY, Editions HORVATH.



Carte de Cassini de la paroisse d'Espinchal

Extrait de la carte Brioude - Issoire. Nouv. éd. N °53. . - 1750. Cassini de Thury, César-François (1714-1784).

Historique de la carte de Cassini

C'est à l'initiative de Louis XV (roi de 1715 à 1774), impressionné par le travail cartographique réalisé en Flandre, qu'est levée la première carte géométrique du Royaume de France.
Les cartes ont été réalisées à l'échelle "d'une ligne pour cent toises", soit 1/86400e
Les levés commenceront en 1760 et se termineront en 1789.
La publication sera retardée par les événements de la Révolution pour n'être achevée qu'en 1815.
La carte de Cassini servira de référence aux cartographies des principales nations européennes pendant la première moitié du XIXe siècle.



Top